Excellente interview de Laurent DENIS par Le Particulier

Dans le cadre du numéro 1181 de mai 2021, Le Particulier a consacré quelques-unes de ses meilleures pages à la distribution du crédit immobilier par les banques sous l’intitulé « Comment les banques gagnent à tous les coups ». Dans cet article, un zoom est notamment fait sur la « contrepartie » exigée au niveau des assurances de prêt. Laurent Denis (avocat spécialiste des intermédiaires en crédit) nous explique notamment que « le modèle de la banque de détail française est fondée sur la facturation des clients malgré un faible niveau de services offerts. Le crédit est devenu un produit d’échange double. La banque accorde le financement contre des services imposé au prix fort. C’est le cas de l’assurance emprunteur. La mainmise des banques sur ce marché abouti au surenchérissement des tarifs puisque leurs contrats sont vendus jusqu’à 2 fois plus cher que ceux de la concurrence. 4 milliards d’euros sont un ainsi prélevés en trop chaque année au détriment des consommateurs. Une anomalie persistante et scandaleuse causé par la conjonction des pratiques anticoncurrentielles des banques, des carences du contrôle des autorités et de l’absence de toute sanction même en cas de faute. Il en va de même dans la relation entre courtier et établissement prêteur. Certaines de ces dernières profitent de leur influence pour imposer des conduites commerciales contraire au droit en vigueur, alors que les courtiers s’opposent à toute altération de la libre concurrence dans la distribution bancaire. ».

Partager cette actualité

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Voir les autres articles